Artistes masculins français

Jean Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman, né le 11 octobre 1951 dans le 19e arrondissement de Paris, est un auteur-compositeur-interprète français, également producteur, de variété et de pop rock principalement. Après avoir joué dans le groupe des Red Mountain Gospellers, il fonde The Phalansters, puis intègre Taï Phong. Toutefois, c'est principalement sa carrière solo qui lui permet de s'imposer comme l'un des chanteurs les plus populaires de sa génération, avec des titres comme Il suffira d'un signe (1981), Quand la musique est bonne (1982) ou Je te donne (1985). De 1990 à 1995, il fait partie du trio Fredericks Goldman Jones avec le Franco-Gallois Michael Jones et l'Américaine Carole Fredericks, avant de reprendre une carrière solo. Au total, il a vendu plus de 30 millions de disques. En plus de ses propres chansons, Jean-Jacques Goldman écrit et compose pour de nombreux autres artistes, parmi lesquels Céline Dion et Johnny Hallyday, mais aussi pour des bandes originales de films et génériques d'émissions télévisées. Jean-Jacques Goldman est aussi un artiste qui s'est considérablement engagé auprès d'œuvres humanitaires ou caritatives, notamment les Restos du cœur, via les Enfoirés dont il est l'un des fondateurs, qu'il a parrainés pendant six ans et dont il est membre jusqu'en 2016, année durant laquelle il annonce son retrait de la troupe des Enfoirés. De juillet 2013 à janvier 2016, puis en décembre 2017, il est élu personnalité préférée des Français. https://jjgoldman.net/ 

Gilbert Montagné

Gilbert Montagné est un chanteur-auteur compositeur interprète français, né le 28 décembre 1951 à Paris, dans le 20e arrondissement. Gilbert Montagné est le quatrième enfant d'une famille modeste. Né prématurément dans l'appartement familial rue des Pyrénées, après six mois de grossesse (il pesait 950 grammes), il est mis en couveuse. Un air trop riche en oxygène dans l'appareil lui cause alors une rétinopathie ; il n'est donc pas considéré comme aveugle de naissance. Pendant la Seconde Guerre mondiale, son père signale à la police de Pontarlier la perte des papiers d'identité de Jeanne Pobel, son ex-femme, afin de les donner à sa nouvelle compagne Jeanne Kalfon, la mère juive de Gilbert qui prend cette nouvelle identité pour échapper aux rafles allemandes. À la fin des années 1990, Gilbert fera la connaissance de cette femme qui a sauvé sa mère sans le savoir et en tirera un livre. Très tôt, il découvre la musique dans un établissement spécialisé de Saint-Mandé où, de cinq à dix ans, il reçoit un enseignement classique et rigoureux. Cependant, c'est en autodidacte et sur son piano qu'il développe un goût véritable pour les variétés, le jazz et le rock. Il séjourne les six années suivantes à l'Institut national des jeunes aveugles (boulevard des Invalides), période au cours de laquelle il acquiert un orgue. Soucieux de s'intégrer dans le monde des voyants, il s'inscrit en seconde au lycée Voltaire puis se produit dans des pianos-bars. http://www.gilbertmontagne.com/